Noms de nombres
Article mis en ligne le 19 février 2019
dernière modification le 17 février 2019

par Geneviève BOUVART, Jacques VERDIER
logo imprimer

La langue française semble présenter beaucoup d’anomalies dans la dénomination des nombres : pourquoi treize, quatorze, quinze puis dix-sept, dix-huit ? Pourquoi cinquante, soixante, puis soixante-dix, quatre-vingts ? Nous allons essayer d’étudier l’origine de ces dénominations et de voir si ces anomalies (ou d’autres) se produisent également dans d’autres langues. La numération en base 10 est quasi universelle (nous avons dix doigts). Les 10 premiers nombres entiers sont donc distinctement nommés, et nous n’évoquerons pas ici leurs origines. Mais comment désigner les nombres qui suivent ? La plupart du temps, on utilise des systèmes additifs (comme dix-sept qui signifie 10+7) ou multiplicatifs (comme treizeci qui signifie 3x10 en roumain), voire soustractifs (comme duodeviginti qui signifie 10‑2, en latin). On verra dans cet article que très rares sont les noms de nombres (comme 40 en russe) qui ne s’obtiennent pas par une de ces trois méthodes. 


Téléchargements Fichier à télécharger :
  • Noms de nombres
  • 683.1 ko / PDF
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.5